Follow by Email

vendredi 5 septembre 2014

Mayotte en Danger / PROFESSION DE FOI, OUI MAIS...




OUI MAIS loin des mensonges motivés par le gain d’une élection, serait-ce celle du Président de la République ! OUI MAIS loin
du rapport de force imposé, des manipulations honteuses pour une mise en œuvre bornée de la réforme dite des rythmes scolaires.

Sur la forme qui se confond tant avec le fond, s’il faut obéir à LA LOI, s’agit-il de la LOI INSTRUMENTALISÉE, avec ces mentions « applicable à Mayotte » ou « non applicable à Mayotte »... manière de mieux brouiller les esprits ? Parle-t-on de la LOI BAFOUÉE, puisque, selon elle, 80 % des établissements scolaires hors normes devraient être fermés ? Ne constituent-elles pas un AFFRONT fait à la LOI, ces rotations illégales (un seul local pour deux classes) ? Un début de réponse n’a-t-il pas été habilement donné par le nouveau préfet, Seymour Morsy, quand, en brillant orateur, il dit d’abord que la LOI n’a pas a être appliquée de façon rigide sur tout le territoire ensuite, lorsqu’il précise encore que l’État agit « à sa manière » ?

Par ailleurs, pour quelles raisons aussi, cette marche vers l’égalité, la conformité devrait se faire jusqu’en 2025 pour les droits (et même 2037 pour le précédent gouvernement !) et être imposée immédiatement concernant les devoirs dont cette lamentable réforme ???

Sur le fond se confondant avec la forme, la référence aux chronobiologistes ne peut être considérée comme un dogme absolu ! Du moins celle qui s’appuie sur « la courbe de vigilance » des enfants. Rappelons, à ce propos, l’audition au Sénat, le 26 février 2014, de Claire Leconte, « chercheur en chronobiologie » d’expérience, qui dit en gros que le matin n’a jamais été l’équivalent de l’après-midi et que, pour « bénéficier de la clarté mentale de la matinée » « il faut les faire démarrer le plus tôt possible » (n’était-ce pas le cas à Mayotte, incontestablement en avance sur la réforme ?). Claire Leconte rappelle aussi la responsabilité des parents concernant le rythme biologique de l’enfant (coucher régulier, suffisance des heures de sommeil, un vrai petit-déjeuner...).
http://videos.senat.fr/video/videos/2014/video21859.html
Quelle raison motivait cette audition au sénat alors que tout semblait bouclé ? Benoît Hamon (les sénateurs lui ont rappelé cette intervention de bon sens), successeur de Peillon, ne pouvait-il en tenir compte pour infléchir la réforme plutôt que de l’assouplir ?

Foncièrement encore, il faut savoir aussi que l’évaluation peu glorieuse de nos enfants au niveau international a été faite auprès d’enfants de 15 ans donc qui avaient bénéficié de la semaine de 4,5 jours ! Sinon les propos (1) du président du programme PISA, Andreas Schleicher sur des réformes « pensées dans le secret des cabinets ministériels par des gens très intelligents et (...) ensuite imposées aux enseignants et aux parents » confirmeraient que c’est d’abord l’institution qui doit se réformer !

http://www.ouest-france.fr/education-locde-tape-sur-lenseignement-francais-trop-inegalitaire-2785386

Si nos villageois plaisantaient, à une époque où les invalides de guerre ont bénéficié d’un poste de garde-champêtre, sur la loi qui marche droit et le garde qui va de travers, on se demande aujourd’hui ce que va donner la crise avec une institution, des politiques
et une administration qui ont perdu le gouvernail...

(1) Il ne sera pas inutile de réfléchir à cet avis extérieur.

galerie de photos aussi autorisées que parlantes : en responsabilité Hollande, Valls, V.-Belkacem