Follow by Email

mercredi 27 août 2014

RENTRE DEDANS (Réforme des rythmes)

ÉCOLE

NON à une réforme des rythmes INUTILE, INADAPTÉE, INJUSTE menée par des INCAPABLES !

Je n’envoie pas mon enfant à l’école l’après-midi !


INUTILE ? Pourquoi ne pas s’en tenir à la demi-journée de temps scolaire rétablie après sa suppression par le ministre Darcos ? Et à la rigueur, pourquoi ne pas revenir sur les 27 heures hebdomadaires quand on constate le niveau médiocre de la France par rapport aux autres pays ?

INADAPTÉE ? On pourrait penser (avec 5 millions de chômeurs et à Mayotte un noyau familial plus dense, susceptible d’aller chercher et de garder les enfants même si la journée d’école commence et finit plus tôt) que les nouveaux horaires décalés par rapport aux obligations des parents en activité ne posent pas problème. En fait les problèmes de garde viennent encore gréver les possibilités des parents actifs (indisponibilité, frais supplémentaires).
            Qui plus est, à Mayotte, cette réforme des rythmes est vraiment malvenue parce qu’elle ne tient pas compte de la réalité climatique (on commence et finit la journée plus tôt dans les pays chauds, poussière en saison sèche, boue en saison des pluies, etc.). Faut-il rappeler aussi les conditions matérielles (80 % des locaux hors normes + manque de classes, vétusté, parc informatique défaillant ou... volé, wc bouchés, rats, pas d’ombre, préaux insuffisants, collations non équilibrées [sucre en trop dans les jus de fruits, chaîne du froid...])

INJUSTE ? Des dérogations ont été accordées en métropole (15 communes de ce qui est encore la région Limousin) pour : «  fatigue des élèves, contenu du périscolaire, coût de l’opération, qualification des intervenants » (source « La Montagne »). Des dérogations ont été accordées dans un département comparable (mai-juin 2014), celui de la Guyane (pbs de restauration scolaire ou de transports) ?
            Et à Mayotte ?

Les INCAPABLES ? Primo, une réforme qui ne parle ni des programmes, ni des méthodes, ni des enseignants ! Secundo, des ministres qui défilent sur leurs chaises musicales (concomitamment à cette réforme) : Peillon langue de peilhe (de serpillière pour ceux qui ne connaissent pas l’occitan), Hamon en coup de vent, Vallaud-Belkacem (langue de vipère ou de naja...) Donc des hauts fonctionnaires tout puissants, une administration État dans l’État, des promotions pour récompenser l’obéissance absolue des NOMENKLATURISTES... avec pour conséquence « il faut appliquer la réforme venue d’en haut » comme a osé l’asséner l’inspectrice de secteur (Sada) en argument massue ainsi que la nouvelle vice-recteur ! Donc de la part de notre « Haute » administration, le travers antirépublicain de ne jamais faire remonter les problèmes des citoyens de base.

Conclusion : comme l’a résumé le philosophe Onfray, ce n’est plus la démocratie, ce n’est pas la dictature mais une « tyrannie douce » (il donne en exemple le vote contre l’Europe non respecté !)

PS bien qu’hors sujet : le porte-parole annonçant la nomination de Macron a fourché (sa langue de couleuvre) en prononçant « Macro »... et pourquoi pas « maquereau pour ceux qui "locutent" l’occitan. 

PS bien dans le sujet : 1. la rentrée encore empêchée : LES PARENTS BLOQUENT LES ÉCOLES ! 

2.  Lu dans le JDM d'aujourd'hui mercredi 27 août : " « Il faut changer les habitudes », maintient Nathalie Costantini, des habitudes qu’ont pris les instits de n’enseigner qu’en demi journée ce qui prive les enfants d’un temps de scolarité égal à leur copains de Métropole." MORALITÉ : les vice-recteurs passent et les MENSONGES des APPARATCHIKS restent serait-ce dans le respect de la parité, n'est-ce pas madame le vice-recteur ? Pardon de faire dans la comparaison avec l'ère soviétique mais tout fait penser à l'application d'un xième plan toujours plus loin vers le désastre qui pointe depuis près d'un demi-siècle ! 

dimanche 24 août 2014

Mayotte en Danger / AUX ARMES CITOYENS !

Des rumeurs courent concernant une grève des “instuteurs" contre la réforme des rythmes scolaires injustement appliquée à Mayotte. Mieux vaut tard que jamais.

En juin, cependant, le ministre Hamon a menacé de traîner en justice les maires réfractaires. On peut néanmoins estimer que la menace porte sur le refus de la matinée de classe le mercredi et non le tintouin péri et extra-scolaire. Comme il est dit dans de nombreux papiers ici-même (5 articles au moins), Mayotte est bien LE SEUL DÉPARTEMENT OU PRESQUE TOUS LES CHANGEMENTS PRÉVUS PAR LA REFORME S’APPLIQUAIENT DÉJÀ (9 demi-journées, 175 jours de classe/an, 5 jours par semaine). Ici, seule la cupidité des maires entre en jeu et la subvention par enfant, bien tentante et prévalant sur l’impossibilité à mettre en place la cantine, l’encadrement, les activités, a fait qu’ils sont restés dans une expectative aussi malhonnête qu’intéressée !

Maintenant que Benoît Hamon et compère Montebourg se disent proches du camp des frondeurs (si ce n’est pas un contre-feu pour canaliser le désamour!), reviendra-t-il sur ses menaces du mois de juin ? Reviendra-t-on sur cette réforme minable des rythmes scolaires ! Des adaptations sont indispensables pour des raisons de climat et d’équipement entre autres, particulièrement outre-mer. Pourquoi seraient-elles légitimement accordées en Guyane et pas à Mayotte ? Le ministre et un président à 17 % peuvent-ils exiger autant d’un métropolitain soutenu à hauteur de 17300 € alors que le citoyen mahorais ne coûte que 4700 € ?

Le devenir de nos enfants est en jeu ! RA HACHIRI ! "Formez vos bataillons" !

samedi 23 août 2014

Mayotte en Danger / LA CARAVANE PASSE...

Et oui ! Les caméras préfèrent montrer les yeux émerveillés des visiteurs (Qu'elles sont charmantes ces coutumes locales, ces danseuses exotiques !).
Les lèche-cul (n'est-ce pas SO2 ?) en arrivent à honorer ce deuxième président pour avoir passé une nuit sur le sol mahorais ! Quel exploit !
France DésInfos se limite au "Karibou, vive Mayotte, vive la France !" lancé par François II et rappelant les belles heures de la françafrique et Hitélé prétend qu'il n'y aurait que 40 % d'étrangers...
PS : SO2 = Saïd Omar Oili, celui qui a bien arrosé autour de sa mairie...

Photos : après la réformette on laisse tout tomber ! 










vendredi 22 août 2014

Fleury en France / MIGRATION D’AOUT, STAGNATION D’AOUT : COMME POUR LE RESTE, CONTINUONS !

 Après la dizaine d’années de restrictions pour se remettre de la guerre, la France en vient à ronronner sans trop se soucier de l’avenir (n’est-elle pas dans le camp des vainqueurs après avoir été défaite ?). Les trois semaines de congés payés obtenues en 1956 permettent à de nombreux contemporains des “Trente Glorieuses” de partir avec les enfants à l’occasion des “grandes vacances” (1), plutôt en août qu’en juillet, notamment pour la première quinzaine.
    Il faut savoir que les usines, les entreprises s’arrêtent... et pour le dire net, au mois d’août, c’est tout le pays qui s’arrête, accompagné par sa représentation politique, le gouvernement et son président. De prime abord, il n’y a rien à reprocher... d’ailleurs, de la part de rouspéteurs-nés, pas une critique n’émerge, pas plus à l’époque qu’aujourd’hui.
    Parce qu’aujourd’hui, si les boîtes ne ferment pas, elles tournent seulement au ralenti, les administrations aussi. Pour nos députés et sénateurs, les sessions parlementaires étant ce qu’elles sont, la vacance de l’été est la moins attaquable. Quant au gouvernement, une certaine mauvaise conscience prend de la consistance, malgré les années, depuis l’intervention maladroite, en tenue décontractée, de Jean-François Mattei, ministre de la santé, lors de la canicule de 2003 (15000 décès imputables).
    Décontracté et en short, le président normal le fut lors de ses premières vacances d’été, à Brégançon. Aussi, quand on le voit, costard cravate, sur la terrasse de ce même fort, préparer la rentrée 2014 avec son premier ministre, on se demande si cela fait plus sérieux qu’anormal de se montrer ainsi en plein cagnard !.. Combien qui ne sont pas payés à réfléchir à ce genre de choses, le feraient aussitôt valser, le conseiller en communication ?!
    Quoi qu’il en soit, même si le sujet réjouit les rouspéteurs-nés prompts à la critique, prêts à persiffler plus fort encore pour les voyages de Mitterand en Egypte (2), les billets d’avion et les séjours à Maurice (3) ou au Japon de Chirac, le yacht de Bolloré pour Sarközy, l’intéressement de Michèle Alliot-Marie et Patrick Ollier pour le jet privé de Ben Ali, cette année, ils séjournaient à 2h 30 théoriques de la capitale, Fabius se montrant sur tous les fronts avec la Tunisie pour port d’attache et non Zanzibar, et Taubira étant la seule autorisée à partir loin en Guyane. 
    Certes, si les privilégiés du régime (si, si monsieur Bayrou (4) !) ont intérêt à rester discrets eu égard à une conjoncture peu souriante pour la population, ce n’est pas l’essentiel, cela alimenterait-il l’esprit brocardeur des Français. N’est-il pas plus important de ne plus accepter l’aberration qui voit un pays s’arrêter ou continuer au ralenti en août, ne serait-ce que pendant la première quinzaine du mois ? Suite à ce constat, comme pour le reste, on attend toujours un oukase judicieux (5), de la part de la gouvernance absolue, puisque, vassalisant sa majorité parlementaire, elle est la seule autorisée à émettre de bonnes idées pour la France (6), quitte, toute honte bue, à faire arrière toute  (en ce moment par exemple concernant l’impôt sur le revenu) !
    Bref, moi président, d’abord je n’autorise plus le gouvernement à abandonner ainsi en bloc le pays, début août, donc les vacances des ministres s’échelonneront à partir du premier juillet (mesure cosmétique mais importante pour l’image). Moi président, je fais présenter par le ministre de l’Éducation un calendrier des grandes vacances par zones avec un baccalauréat enfin décentralisé n’entamant en rien le principe de la République Une et Indivisible ! Les vacances des enfants et des parents qui doivent reprendre des forces face à une crise toujours prégnante s’en trouveraient ainsi étalées, pour le bien-être de tous avec, en prime, des retombées économiques non négligeables.


    Ce ne sont que des idées à infirmer ou à conforter (merci les Agoranautes), pardonnez-moi cependant de les préférer aux lamentables réformes tombées d’en haut, initiées par cette énarchie si bien payée pour réfléchir (7), comme celle des rythmes scolaires (qui va refaire parler d’elle sous peu !), ou la baisse des cotisations patronales (jamais envisagée sur le programme Hollande(8)), ou encore la fusion improvisée des régions, cette esbroufe à la hussarde, toute de mépris et de provocation ! 

(1) Actuellement, les vacances, avec en tête les séjours à la mer, restent une priorité mais les Français sont moins nombreux à partir à cause de la crise entretenue par le système.
(2) Fillon aussi, qui plus est en 2011 alors que les Egyptiens demandaient le départ de Moubarak.
(3) Aurélie... aussi... (Philipetti)
(4) Bayrou a prétendu qu'on ne s'enrichissait pas en politique !
(5) la déclinaison locale étant le “décret-loi”
(6) entre “le changement c’est maintenant” et le “retournement”, un bilan peu probant sur deux ans.
(7) quand elle ne donne pas dans le conflit d’intérêts (Aquilino Morelle dans ses petits souliers...).
(8) 30 % de dividendes supplémentaires au deuxième trimestre 2014... le Me(r)def s’en frotte les mains ! http://www.arretsurimages.net/breves/2014-08-20/Hausse-de-30-des-dividendes-des-groupes-francais-Libe-id17797


dimanche 17 août 2014

Fleury en Languedoc / LUMIERE D'AOUT



Plus de piqués stridents dans le ciel d"été : les martinets s’en sont allés les premiers et j’en réalise l’absence parce qu’on entend les chasseurs d’Afrique moduler aussi leurs appels au départ (1).



Nulle mélancolie en cela, ni pessimisme... l’arrière-saison sait être belle et sa tiédeur peut nous amener, l’estivet de la Sant Marti aidant (2), doucement aux marges de l’hiver. Laissez-moi le prendre du bon côté même si, depuis l’enfance, quand vient le 15 août, ces vers de Hugo laissant mesurer la chance des Méridionaux, me marquent :

“ ... Le vent fraîchit sur la colline
L’oiseau frissonne, l’herbe a froid.

Août contre septembre lutte...

... Et comme un blanc flocon de neige,
Petit à petit l’été fond.”
            Voici que la saison décline / Victor Hugo.  

(1) les guêpiers.
(2) l’été de la Saint-Martin.

photos autorisées wikipedia

samedi 2 août 2014

FRANCE en faillite / Élus qui écrivent "comme des cochons"...

En une semaine près de 8000 internautes bénévoles ont numérisé les déclarations des 920 parlementaires... manière de faire comprendre à la HATVP (encore une "Haute Autorité", celle-ci de Transparence de la Vie Publique) que les citoyens n'ont pas à attendre des mois une numérisation officielle, une inertie institutionnalisée pour encore noyer le poisson et toujours plumer le pigeon !)
ANTICOR précise qu'il a fallu décrypter des déclarations. Parmi ceux qui y ont mis une certaine mauvaise volonté, qui auraient écrit exprès "comme des cochons", des politiques en vue, loin de donner l'exemple :  Nicolas Dhuicq, Xavier Bertrand, Dominique Potier, Ary Chalus et Valérie Pécresse (plus de 70 personnes ont dû éplucher Dhuicq et Bertrand).

http://www.regardscitoyens.org/8000-personnes-liberent-en-une-semaine-les-donnees-manuscrites-des-declarations-dinterets-des-parlementaires/?utm_content=buffer478f8&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer





photo autorisée : wikipedia.