Follow by Email

samedi 23 juin 2018

UN MIREPOIX DE PETITS PAYS / Le Kercorb / Languedoc-Occitanie

Avant d’emprunter le sillon audois qui verse doucement vers le Golfe du Lion, quelques pistes encore à l’ouest de l’Aude déjà au-delà de la ligne de partage des eaux entre Atlantique et Méditerranée. Au départ de Quillan, plus que le col du Portel (601 m.), c’est le village de Nébias qui matérialise le versant déjà aquitain. Heureusement que les cours d’eau courent vers où ils penchent ; à ces pays apparemment protéiformes suite aux aléas historiques, ils dessinent une réalité physique qui repose des dénominations intriquées dues par les aux hommes. 
 
La_Bastide_sur_L'Hers_1_(Ariège) Author M l'instant
L’Hers[1] et ses affluents marquent en effet ce coin. Entre les Pyrénées et encore un bourrelet montagneux (774 m.) que l’Aude a coupé des Corbières, les plis est-ouest du Plantaurel semblent plus comprimés encore. Les rivières ne les passent que grâce à de nombreuses cluses : une double pour le Blau après Puivert, une série de trois pour l’Hers (L’Aiguillon, Lesparrou, La-Bastide), deux pour le Touyré (Lavelanet, l’Entounadou [l’entonnoir]), deux (?) pour le Doctouyré dont les gorges de Péreille. 
 
Chateau Puivert Author Arno Lagrange
Avant Lavelanet et déjà la Gascogne sinon le Comminges, le Kercorb, entre Sarvatès
[2] et Razès, « Terre privilégiée », avec les curieux hameaux appelés « camps » de Puivert[3], Rivel le village des sonnailles et des comportes, Sainte-Colombe où on mangeait un sacré cassoulet (cocos ou lingots les haricots ?). 
Pont_rouge,_Chalabre_(2) Author LucasD
Chalabre, au confluent de l’Hers, du Blau et du Chalabreil, capitale du Quercorb (dit aussi Chercorb ou encore Cheircorb), se confondant avec le Chalabrais des Chalabrois, à environ 25 kilomètres de la vallée audoise, est difficilement accessible depuis Limoux. L’altitude semble modeste mais même vers 600 mètres, la neige, plus fréquente en février, n’est pas rare sur les cols peu fréquentés. L’appartenance de Chalabre à la Communauté des Pyrénées Audoises est tout aussi révélatrice. Sur l’itinéraire depuis Espéraza, le village de Saint-Jean-de-Paracol où Momon Billès (Fleury), je crois, passa quelque temps, pendant la guerre (encore si je ne fais pas erreur… Mais qui nous dira maintenant que les témoins de sa génération ne sont plus ?). La commune est classé village le plus pauvre de France… Prenons garde d’abord qu’une statistique orpheline ne vienne fausser notre ressenti… Et puis, gageons, à regarder de plus près la géographie locale, qu’en plus de l’originalité de la situation, sur un col qui n’en serait pas un car sur un vallon, que les habitants y sont riches d’une qualité de vie ne se monnayant pas ! Le cours du Faby (Ruisseau de Fa), confluant avec l’Aude à Espéraza, confirme cette originalité. 

Chalabre (qui a perdu, depuis 1836, plus des deux-tiers de sa population (1111 / 3529)) formait un centre jadis très industriel, connu pour travailler le caoutchouc, la laine, le textile, les chaussures, la corne, le jais encore, trouvé dans l’est du Plantaurel ariégeois.



[1] Hers-Vif, principal affluent de l’Ariège, 135 km du col du Chioula à Cintegabelle. A distinguer de l’Hers-Mort, affluent de la Garonne, 89 km entre le Lauragais et Saint-Jory en aval de Toulouse, plus mort du tout puisque plus jamais à sec depuis qu’il alimente les cultures maraîchères grâce au barrage de la Ganguise.
[2] Si quelqu’un sait à quoi correspond le Sarvatès ?.. Mystère… 
[3] Le 16 juin 1289, suite à de fortes précipitations, le verrou du lac de Puivert lâcha. Une vague de submersion suivit le cours du Blau et détruisit Chalabre puis, s’ajoutant à la crue de l’Hers, Mirepoix avec un millier de victimes. A Puivert, les terres désormais émergées furent confiées à des usufruitiers devant, en échange, défendre le château du suzerain. Une dizaine de nouveaux hameaux portant le préfixe Camp- virent ainsi le jour.