Follow by Email

mercredi 31 janvier 2018

PÉTALES ET POUTOUS / Bouno annado



Ça vaut des vœux de bonne année, ces fleurs d’amandier fin janvier de l’an de grâce 2018.
Et quand on sait que dans des temps anciens, Noël, puis le premier mars, puis Pâques (quelle complication ces cycles inégaux !), puis le 25 mars dont il reste le premier avril pour la semaine où les cadeaux s’échangeaient, marquaient le nouvel an[1], c’est vraiment un truc de bobos libéraux béats, toujours dans le nivellement mondialisé, de relever que la tradition des vœux jusqu’au 31 du mois nous rend ridicules… Opposons leur au contraire une multiplicité de langues, de traditions, d'us et coutumes, de cultures qui font la richesse de tous !
Dans la nôtre, l’amandier est en bonne place. J’ai cueilli et reçu des brassées de fleurs (ce n’est qu’une image, ce serait dommage pour les amandes) en gage d’amitié, de soutien pour un chemin de vie qui continue… « Si sen pas pus, sioguen pas mens ! » « Si nous ne sommes pas davantage, que nous ne soyons pas moins nombreux ! » Tout était dit, même en non-dits, pour Noël, pour clore les vœux « Bouno annado pla granado, pla acoumpagnado. Boun, brave, bel que siegue l’an nouvel[2]

Ma « cueillette », sur le site de Sorgeat décidément très vivace ! http://sorgeat.free.fr/mem.php

« O vieux amandiers du pays,
Je vous aime et je vous vénère
Couverts de fleurs ou de glaçons,
Vous, dont plus d'un est centenaire,
Vous qui restez quand nous passons […]

Amandiers que l'Autan, dans sa rage jalouse,
Plume, pour étoiler les prés ou la pelouse
D'un essaim de papillons blancs… »

Pierre Marfaing Poèmes d’Ariège, 10 Francs, FOIX Typographie Pomiès, Fra & Cie successeurs, 1930.

Vos pensées même lointaines.
Gérard, depuis la Westphalie regarde ceux d’Aude Pays cathare : amandiers de nos jours refleuriront toujours. 


Des racines sardes pour celui de David… plantons l’amélié, auren d’amélos !


Sur un talus aux herbes folles, celui que m’a gardé Monique la Gardoise. 


Au pied de l’Alaric, allié au cyprès, emblématique aussi du monde méditerranéen, un Wisigoth chenu, immortalisé par Martine ! 


Frédéric à Narbonne me dit qu’il se voit tous les jours : « amandier fleuri », c’est son pseudo !   


Plus proche, géographiquement s’entend, R.M. notre Cabanaïre préféré confirme que les bords des vignes sont fleuris et que le jour est plus lumineux sur la plaine. 


Même Guy, poète de l’éternel (c’est pour la rime) trop pris par le temporel, a noté :
« Les amandiers sont en fleur depuis une semaine et les premières asperges sauvages ont fait leur apparition… Janvier a été très doux pour les Pérignanais. »
En prime, l’orthographe « en fleur » nous offre la floraison absolue de milliers de fleurs au grand bonheur des abeilles… 

Magali mais bien d’ici, pas « du pays de nulle part » dans la tradition des destins tragiques sous le soleil du Midi ! (https://www.youtube.com/watch?v=ScccxoEgF2U) :
« Oui j’en vois à la combe de Caboujolette (tu entends, papa ? NDLR), là où il y a la croix et le chemin qui monte et aussi à la bergerie derrière chez moi. Je leur ferai de gros poutous de ta part. »
JC toujours de Fleury a le plus bel amandier du quartier, attention à la bouche gourmande des filles du monde entier surtout s’il est dessous avec son saxophone ! (merci Brassens).

Plus proches encore, les closques dures de PF le casseur d’amandes et de ma nebeude qui a de qui tenir (mais je rigole, ce sont des pâtes… d’amande bien sûr !), bravant les dangers, se tenant la main, entre chien et loup, pour envoyer l’amandier à tonton comme on envoie le sapin de Noël. 


Et sur mon bureau, celui de papa, le plus tardif puisqu’il est du 15 février... serait-ce de l’an de grâce 1995… 



Merci amandiers, merci amis d’hier et d’aujourd’hui. 

Bouno annado pla granado, pla acoumpagnado. Boun, brave, bel que siegue l’an nouvel e si sen pas pus, sioguen pas mens ! Poutous a toutis !.. si vous ne craignez pas la poutounado… vous ne devriez pas, c’est en se serrant la main qu’on se passe des microbes à profusion…    



[1] Sans parler du 1er vendémiaire des révolutionnaires, jour du raisin correspondant au 22 septembre et qui a longtemps coïncidé, en gros, à l’année scolaire…
[2]Bonne année bien fournie en grains, bien accompagnée. Que l’an nouveau soit bon, généreux et beau… j’en appelle à l’indulgence tolérante pour mes fautes tant de langue que d’interprétation… dites-moi quand même si c’est grave ! Entre parenthèses, il faut si peu de mots en occitan pour en dire beaucoup !