Follow by Email

mardi 30 janvier 2018

MISTRAL, FERNANDEL, PAGNOL, ARÈNE, BEART, SCIPION, CARLES... ET PAULOU !

Frédéric, Fernand, les Marcel, Paul, Guy, Emilie et Paulou... sans les prénoms les noms sont froids et secs comme un pensionnat maîtrisé par le surveillant général... Après Henri Bosco et ses "balancelles roses", de grands noms incontestés et le dernier cité qui compte autant. Michelet (Jules) l'a si bien exprimé dans son Histoire de France 

" Chaque homme est une humanité, une histoire universelle."

Notre vagabondage va nous entraîner du Midi marseillais aux Basses-Alpes devenues Alpes de Haute-Provence, département 04, préfecture Digne-les-Bains... Difficile, passé un âge certain, de ne rien penser de la réforme globalisante des plaques d'immatriculation. On ne sait plus rien désormais, des véhiculés... Les milliardaires de la mondialisation persistent à gommer l'identitaire : l'homme s'en retrouve réduit à l'état de tube digestif lambda, la dernière ruée sur les pots de nutella bradés en atteste[1]. Rien de mieux pour le business ! 


Revenons à la Durance qui "court comme un ruisseau que des enfants poursuivent", au verrou de Sisteron, porte du Dauphiné en route, loin pour le Pays Gavot, Briançon et le Montgenèvre mais sans quitter notre plage aimée de Saint-Pierre-la-Mer. 



Plus loin encore car le propre de l’homme est de rester curieux de ce qu’il ne connait pas, de ce qu’il ne voit pas, par-delà la Crau chantée par Miréio de Frédéric Mistral (1830 – 1914) et le Ventoux, « Géant de Provence » - voir note 5 -, le Plateau de Sault avec Gédémus le rémouleur joué par Fernandel (1903 – 1971), dont la femme, par l’entremise de la Mamèche, va rester avec Panturle pour faire renaître un village abandonné… Plus vers les Alpes encore, avec Paul Arène à Sisteron, 



« Je vins au monde au pied d’un figuier, il y a vingt-cinq ans, un jour que les cigales chantaient et que les figues-fleurs, distillant leur goutte de miel, s’ouvraient au soleil et faisaient la perle. Voilà, certes, une jolie façon de naître, mais je n’y eus aucun mérite… ».
Quel amoureux du Midi saurait résister à la première phrase de « Jean-des-Figues » ? - 1884, Paul Arène - .   

Et passée la Durance – « … Ma petite est comme l’eau… » Guy Béart (1930 – 2015) - , plus haut encore dans ces Préalpes âpres, « Le Clos du Roi » éblouissant de Marcel Scipion (1922 – 2013) !
Sans pour autant franchir les cols vers ces vallées piémontaises où l’occitan reste vivace, remontons même jusqu’à Briançon avec Emilie Carles (1900 – 1979) pour « Une Soupe aux herbes Sauvages », pour la défense de sa vallée contre une voie rapide programmée alors, tandis que la désobéissance perdurait pour garder le Larzac !

Ramasser des tenilles mais pas racler idiot !

La mer. « Un bateau, un bateau ! » crient les gosses si réactifs aux petits riens qui rythment les jours. Paulou, vieux garçon, installé avec Marie sa mère dans la baraque de tôle et de bourras – toiles de sac cousues ensemble – pour une saison d’été sur la plus belle éminence de sable, bien quarante centimètres au-dessus de nous qui en comptions autant avec les touristes en bas, à la merci des coups de mer d’août, sur le sable mouillé, Paulou, vigie tanquée dans les oyats, pointe ses jumelles sur le bateau au large[2], en principe un cargo.





[1] Je n’achèterai plus jamais cette pâte à tartiner fabriquée à base d’huile de palme et responsable de la disparition d’espèces végétales et animales dont l’orang-outang ! 
[2] 5 km environ de visibilité avec l’observateur à 2.3 m environ du sol. 

 
  Photos autorisées Wikimedia Commons : 
1. La Durance à Oraison Author WikiCecilia. 
2. Le Mont Ventoux  Author BlueBreezeWiki.
3. Le verrou de Sisteron Author Philipendula
4. Saint-Pierre-la-Mer Author Hugolesage.