Follow by Email

mardi 22 septembre 2015

LES GRENOUILLES VEULENT-ELLES TOUJOURS DU ROI ? (2) / France en danger

Quel nom pour la mare polluée qui se meurt ?
Pardon ce long préalable nécessaire, s’agissant du cadre qui voit la presse régionale sonder d’une même voix, fleur aux lèvres et papillon sur le stylo, l’enthousiasme des internautes pour le nouveau nom que devrait prendre notre méga-région. Merci François pour cette idée croquignolette... C’est à François II le Jacobin, en effet, triste sire d’un royaume jaloux de son enracinement historique bien qu’issu de repiquages aléatoires, au gré des  prises de pouvoir et autres coups d’État permanents, que nous devons l’initiative dilatoire... Entre parenthèses, s’il faut s’accrocher à une continuité, relevons la tartuferie à légitimer tout et son contraire, dont le Coup d’État Permanent, celui dénoncé justement, mais jusqu’à son élection seulement, par François Ier le Florentin, légataire patenté de Hollande (testateur aussi de Suède, il paraîtrait...). Bref, l’absolutiste prétention à redessiner nos contours, persiste, concernant le Sud, depuis Louis VIII le Lion, en passant par Philippe IV le Bel. 



La presse serait-elle complice de ces manœuvres délétères ? Si peu puisque cela participe d’une entreprise foncière de confiscation de la démocratie d’autant plus pernicieuse que les braves gens restent partagés, le développement de l’Internet aidant. Que penser en effet de ce soutien aussi aveugle que propagandiste ?
Pompeusement intitulée “grande consultation”, cette initiative provocante ne peut qu’agacer...
http://www.midilibre.fr/2015/09/07/languedoc-roussillon-midi-pyrenees-votez-pour-le-nom-de-la-future-region,1210080.php        
La meilleure des défenses étant l’attaque, cette manigance vient persuader que le fait accompli, désormais incontestable, doit faire taire toute remise en cause. Présentée sous un jour respectueux du dialogue avec le peuple, cette manipulation tient, ni plus ni moins, de la machination... Oh les gentils organes, aussi innocents par nature que ceux qui doivent à l’épuration d’avoir changé de nom ! Ne dites pas qu’avec l’exécutif, le législatif, le judiciaire, le quatrième pouvoir n’a pas été mis au pas par les “décideurs”... Même le canard ne se dandine pas pour qui vous croyez : l’ignoble synthèse qu’il fit lors de l’affaire Boulin donne à réfléchir...
Sur la forme aussi, nos animateurs-démonstrateurs (aux coudées plus franches qu’en grande surface !), endorment, vendent, sourire en sus et même les plus avertis se laissent facilement attirer. En la circonstance, après avoir imposé le “OUI" au patatoïde voulu par le roi-président, ils aiguillent obligatoirement sur ce qu’ils ont au magasin... avec la certitude que les “NULS” et les “BLANCS” devront la fermer. Notons aussi la contradiction entre un “acte fédérateur” revendiqué par les rédactions et des propositions partiales et désobligeantes surtout pour des minorités, le Roussillon en premier lieu sans oublier celles (apaisées ?) déjà englobées sous l’appellation “Midi” et (Quercy, Rouergue...). Un billet, toujours dans l’art de passer la brosse et de ratisser large, vient aussi mettre son grain d’occitan dans ce “suspense, à peine soutenable"...

Ce n’est pas le tout de rester dans la vase en espérant des jours meilleurs !
Ces jours-ci, dans cette presse régionale, traduisons ce à quoi nous avons droit : “ ... Ils sont si nombreux à voter ! Et vous ?”. Moi, je me contente de lire les commentaires, pas les chichis des personnalités en mal de retombées... Et en ne retenant que ceux qui vont dans mon sens, je relève des propositions telles que “pompe à fric” ou “vaselinette”. Non moins sérieusement, la liberté affectée de laisser la parole fait dire à plusieurs intervenants qu’on ne viendra surtout pas les consulter par référendum, comme en 2005... Permettez : en retenant la façon dont les “exécuteurs des basses œuvres politiques” se sont torchés des résultats, ajoutons qu’ils ne pourraient manifester plus d’égards et d’honnêteté pour un peuple qu’ils exècrent ! “Populicides” a dit Onfray reprenant Babeuf !
Moi, pas président, je m’abstiens si on me force et dans ces circonstances, l’appariement des noms actuels devrait suffire à moins que François II ne promette de l’appeler France 3, en 2017, si la démographie l’autorise, quand les grenouilles auront à coasser pour la branche régnante ou l’usurpateur providentiel ! 

Le changement, c’est maintenant !



dessins libres / modifications autorisées / pixabay.com