Follow by Email

jeudi 13 octobre 2016

LOUIS, LA VIGNE et LES CHEVAUX (VI) / Fleury d'Aude en Languedoc.

Dans son jardin extraordinaire, Louis reçoit. Il peut parler des bégonias si beaux cette année et de son api (céleri) capricieux par exemple qui se ressème tout seul au milieu des fleurs mais qui ne le fait pas une fois transplanté ailleurs. Il peut raconter ses pérégrinations d’ouvrier agricole et celles de ses parents de campagne en domaine, de clocher en village, la façon dont ils ont échappé aux Allemands. Je voulais qu’il me précise la vie avant, le travail à la vigne du temps des chevaux de trait. C’est bien loin tout ça or Louis en parle comme d’une chose ordinaire... C’est vrai que le fatalisme qui aide pour les épreuves personnelles permet aussi de relativiser, d'accepter des changements qui sinon, nous bouleverseraient...  

«... Mon dernier cheval était noir, j’en ai eu beaucoup, y en avait des blancs, y en avait des noirs, y en avait un de péchard. Péchard (1) c’est marron tacheté de blanc mais surtout marron. Le dernier, c’est sûr, il était noir. D’ailleurs il a failli me tuer et après il est devenu gentil comme tout.
Les animaux, quand ils croient eux que tu leur a fait une crasse... Voilà ce qui s’est passé avec ce cheval. Ce cheval il était méchant. il n’était pas entier mais quand il est arrivé... On nous l’a vendu qu’il avait déjà 7 ou 8 ans et quand tu l’approchais il cherchait souvent à mordre. Une fois quand il a présenté les dents, j’ai voulu lui foutre un coup sur le mourre... sur le museau, que je me méfiais. Mais c’est qu’il m’a coincé contre le bas-flanc !  C’est qu’il a failli me tuer ! Une autre fois, j’étais à la vigne, je passais la gratteuse. Tu sais ce que c’est la gratteuse ? Pour couper la terre, quand on arrosait surtout, et il n’y avait que six rangées sur 100 ou 150 mètres avec d’un côté un champ, un armas et de l’autre un mailheul. Je faisais en travers et t’arrête pas de tourner et retourner. A un moment que le cheval il en avait marre de tourner et retourner, tout d’un coup, quand on arrive au bout, il refuse d’avancer et se fout à reculer. Alors je me suis mis le brancard sur l’épaule et en reculant on arrive à la jeune vigne du voisin. Si j’arrive à avoir quelque chose pour lui foutre ça, il s’arrêtera mais je n’avais rien pour le battre, pour qu’il arrête de reculer. Alors j’arrive à la vigne du voisin, y avait uns souche neuve avec un tuteur. J’attrape la souche, le greffon et tout est venu avec et je lui fais péter un coup de tuteur sur le cul. Au coup de tuteur il a jeté les deux pattes en arrière, mais comme il y avait le brancard, il s’est tapé là, les chevilles, tu sais le creux au-dessus du sabot (2), les chevilles quoi, contre le brancard qui m’a protégé. Il s’est fait mal, il s’est foutu un tel coup qu’après il avait du mal à tenir debout.
- Il s’en est remis ? 


- Il s’en est remis avec la différence qu’après ça il était devenu gentil ! Il témoignait que c’était moi qui l’avait eu... je sais pas comment t’expliquer ça mais dans l’esprit de la bête, il a cru que j’étais plus fort que lui et ça été fini, il était devenu magnac comme tout...
- Mon papète s'est fait mordre, une fois à la fesse... il avait les marques. Après il était obligé de prendre un gros bâton pour lui donner à boire...
- Ils étaient nombreux, y en avaient qui avaient la foutre de mordre !     
A la fin, chez Lauthier, j'avais plus de cheval quand ils ont vendu la propriété. Et j'avais mes vignes aussi. Du coup j'allais tailler chez Ferry, à forfait. Quand l'héritier a vendu la propriété je me suis trouvé sans cheval pour travailler mes vignes... Comme tant d’ouvriers agricoles c’est comme ça qu’on s’en est sortis.  Et lui, au lieu de me payer, en échange il me passait le rotavator aux vignes. Comme je mettais de l'engrais tous les ans, une petite dose mais tous les ans. et bien je faisais 100 à l'hectare, même plus. J'en portais 90 à la coopérative qu'on pouvait pas davantage. Et le surplus, je le vendais, ça me payait l'engrais et les produits. J'ai fait ça jusqu'à la retraite... »

(1) synonyme de aubère, gris-roux. Voir aussi https://dedieujeanfrancois.blogspot.com/2016/08/le-cheval-pechard-de-louis-fleury-daude.html
(2) le paturon ? entre le boulet et la couronne ?  

photos autorisées commons wikimedia : 
2. trait breton à Landivisiau auteur Daniel Vaulot (après la guerre papé aussi était allé en acheter un en Bretagne !). 
3. trait breton aubère de profil auteur Tsaag Valren.