Follow by Email

vendredi 7 octobre 2016

TOUR DE L’ÉTANG DE VENDRES (VI) / "cercaras lou caminus capo Lespignano..."

"Tu chercheras le chemin vers Lespignan..."
Si cette fois le lancement de l’article en latin s’avère problématique, rabattons-nous sur l’occitan si ressemblant, comme dans ce bon mot sur les études, sorti du lycée de Carcassonne par les bons soins d’Yves, le copain de toujours de Trausse, et que papa nous fait partager dans son livre Caboujolette : 

« Alors goujat, de qu’apprénès en latin à l’escolo?
– Tu sais, papa, ça ressemble beaucoup au français et au patois, par exemple “ventus” c’est le vent et “soliolus”, le soleil…
– Ah ! Et coumo se dis « la fourche » ?
– Fourcus.
– Et « le fumier » ?
– Fumus.
– Et le « chariot » ?
– Cariotus.
– Et lou chabal ?
– Chabalus.
– Alors, escouto, amé la fourcus mettras lou fumus sur lou cariotus, attélaras lou chabalus… et à l’escolo, i tournaras pas pus ! » (1)

La promenade, ses platanes, l’honorable Marianne, la fontaine restent derrière (2), espérons que l’eau fraîche ne nous restera pas sur l’estomac tandis que nous repartons vers le Puech Blanc et les limites ouest de l’Étang de Vendres. A la sortie du village, avec les plateaux sportifs et autres terrains d’entraînement, une rangée de robinets, de l’eau à profusion mais l’idée de vider pour cela nos bouteilles ne  nous effleure pas une seconde... Recracher ce don de la terre équivaudrait à rejeter, à trahir. La source, elle est comme ces Vendrois qui payèrent si cher leurs convictions républicaines. Et puis c’est trop facile et quelque part méprisant de prêter quelque foi que ce soit au qu’en-dira-t-on simpliste par nature (pardon pour les pléonasmes), ignorant de l’épisode des déportés pour la République, un avis lapidaire prétendant que ce village ne serait qu’un nid de communistes !
Ça m’ennuierait quand même, que le petit en soit malade. 
Castelnau, un domaine, important avec ses grands et nombreux toits de tuile rouge avec ces vieux pins autour donnant quelque chose d’un parc. D’ailleurs, il y a une chaussée dite « du Parc ». Mais la direction qui nous intéresse est celle de la source sulfureuse passant à l’écart aussi de l’autre campagne du Puech Blanc. Difficile à trouver ce chemin (3)... Pourtant, sur la carte, il y a même une étoile pour cette curiosité... Mais nous avons beau revenir sur nos pas, aller voir plus loin, l'issue est introuvable. Nous traversons une vigne plutôt que de faire un détour par la départementale trop roulante : un talus, d’autres sillons labourés nous arrêtent. Plus qu’une solution : l’étang longé par un chemin. Retour vers le domaine. Pas besoin de traduire le sens interdit certainement en limite de propriété. Au moins, par déduction, la piste à gauche est ouverte au public.


Une pinède avec un point de vue intéressant sur un puzzle de pièces d’eau et de roselières imbriquées jusque loin vers l’horizon plat où se détache le château d’eau de St-Louis des Cabanes ; sauf que la contrariété ne laisse pas le loisir d’apprécier et c'est plutôt la présence des bêtes camarguaises dans les près à droite qui préoccupe. Allons, il faut descendre la pente raide quitte à porter les vélos. Florian n’est pas tranquille. Aussi je reviens pour sa monture, volontaire, décidé, néanmoins faussement serein. Le chemin est en bas, nous n’avons plus qu’à le suivre.

(1) « Alors mon fils, qu’apprends-tu en latin à l’école …/… Ah ! Et comment ça se dit « la fourche »… /… Alors écoute, avec la fourche tu mettras le fumier sur le chariot, tu attelleras le cheval et à l’école, tu n’y retourneras plus ! »
(2) Encore merci à la mairie de Vendres qui a pris soin de rendre publiques et accessibles ses photos, contrairement à ceux qui clament que tout ce qui n’est pas donné ou partagé est perdu...
Un mot aussi pour une recherche historique, toujours sur le site de la mairie, sur les moulins et les meuniers et plus particulièrement un nommé Jean Cassan. Une Histoire mettant aux prises Vendres et Pérignan dans une époque où on ne faisait pas de vieux os ! Une quête passionnante car remarquablement abordée et menée, signée, je crois, Guy Diaz. A lire absolument !
http://www.vendres.com/Files/Media/Le_moulin/Moulin.html#p=1
(3) j’ai cru qu’un chemin existait sous l’inscription justement « Source sulfureuse »... et ce n’est qu’une limite de parcelle... 

 Photos autorisées (commons wikimedia) :
1.  Vendres étang, roselières,village / Benjamin_Sirot_CEN_L_R auteur Mairie Vendres
2. Vendres mairie auteur Fagairolles 34 .