Follow by Email

jeudi 8 mai 2014

CORBIÈRES MYSTÈRES (V) / Le sermon d'un curé célèbre...

    A Escales, en 1884, le félibre Achilo Mir reprit le sermon écrit par Roumanille, lui-même félibre provençal. Ainsi, « Lou sermou dal curat de Cucugna » devint la version de référence pour la nouvelle vigueur donnée aux personnages, la truculence poétique si bien rendue par Achille Mir dans la déclinaison languedocienne de la langue occitane. 
    Dans sa version française, le brave curé de Cucugnan doit sa célébrité à Alphonse Daudet. Celui-ci, ne se cachant point d’avoir traduit « ... un adorable fabliau... » trouvé dans la publication annuelle de vers et de contes des poètes provençaux, précise dans l’excipit  «... Et voilà l’histoire du curé de Cucugnan, telle que m’a ordonné de vous la dire ce grand gueusard de Roumanille, qui la tenait lui-même d’un autre bon compagnon ».
    Toutes versions confondues, par contre, le pauvre curé eut à souffrir une âpre bataille en antériorité entre ses auteurs successifs.
   
    La piste du ritou (1) nous mène d’abord à Cucugnan où l’interprétation se veut aussi claire que les eaux qui sourdent au pied du Roc du Capel :
    1858.A Cucugnan, dans la petite église romane aujourd’hui démolie, l’abbé Ruffié prononça le fameux sermon en languedocien.
    1859. Un an plus tard, Blanchot de Brenas, magistrat de son état et voyageur pour son plaisir, fit publier ledit sermon en français (Voyage dans les Corbières,La France Littéraire ).
    1867, Roumanille, félibre provençal, s’en inspira pour écrire le « Curé de Cucugnan » en occitan dans « L’almana Provençau ».
    1869. Alphonse Daudet (« Les Lettres de mon Moulin »), prit l’idée chez Roumanille : Cucugnan et son sermon s’en trouvèrent donc transportés à tort en Provence.
    1884. Achille Mir, félibre d’Escales, ramena « Lou sermou dal curat de Cucugna » dans les Corbières.
   
    Voilà ce qu’il en est des pérégrinations du sermon telles qu’elles sont présentées par la commune de Cucugnan, soucieuse, avant toute chose, d’entretenir sa fréquentation touristique... sauf que l’histoire se complique, n’en déplaise aux Cucugnanais... (à suivre).

(1) rito = curat = curé (recteur). 

photo autorisée : wikimédia / images google.