Follow by Email

mardi 29 août 2017

REPARLONS-EN DES RYTHMES SCOLAIRES ! / Mayotte en Danger

Aux enkystés de l’éducation qui prétendent faire avancer Mayotte.
 
Emploi du temps, classe de cinquième :
 
* 6 jours de classe ! du lundi au samedi !

* débuts de journée très décalés... à 7h, 9h, 10h, midi ! Parlons-en du rythme scolaire et des « chronobiologistes » de l’idéologie !
 
* collège ouvert désormais de 7h à 16h 40 !
 
* bientôt les 3 x 8 !.. Les "rotations" on sait faire avec des enfants si gentils et dociles n’est-ce pas madame ? 
 
Et elle nous parle, cette auxiliaire à la colonisation, de futurs collèges à 700 élèves, comme d'une normalisation alors que les hauts-fonctionnaires de son acabit ont laissé la situation se dégrader depuis les années 90 !  


A propos des rythmes scolaires à Mayotte, alors qu'avec le nouveau président, les communes ont le droit de revenir sur cette organisation, pourquoi des chaînes, des cadenas, des grilles fermées pour revendiquer la liberté d'abandonner une réforme lamentable et inadaptée ?  

A Ouangani, d'après Kwezi, c'est le vice-rectorat qui a décidé de la reconduite des rythmes ! Les parents, la mairie sont pour l'abandon... le vice-rectorat s'y refuse tout en appelant hypocritement au dialogue... 
Pourquoi cette violence administrative délibérée ?.. une résistance perverse du valso-hollandisme ? 
Cette caste aux gouvernes doit croire que les "mouvements d'humeur", les "mécontentements", les "conflits" (1), toujours renaissants en cette rentrée 2017, relèvent seulement de caprices, d'un toujours plus déraisonnable de la part des Mahorais ! 


SOMMES-NOUS EN FRANCE ? 

Madame Costantini, vous êtes d’une malhonnêteté intolérable car plutôt que de seriner (2) tout ce que la France a fait, pour décliner une célèbre formule de JFK, demandez-vous plutôt tout ce que la France rechigne à faire, trahissant par là même ses principes républicains les plus forts ! 

Madame Costantini, vous êtes d’une constance cynique ! 

(1) mots exprimés dans le journal radio-télé kwezi. 
(2) sans parler d'un vocabulaire dogmatique et abscons en rappel d'idéologies totalitaristes...