Follow by Email

samedi 4 février 2017

ON Y ARRIVE, ENCORE UN EFFORT ! / Messager des jours meilleurs...





Petit air frais sur la route. Plutôt prendre le vélo, parce que, chez Jean-Pierre... Trop peu d’exercice, trop de bide, et ce coteau qui essouffle. En haut, ça va mieux même s’il fait chaud sous les habits d’hiver. Oh ! un amandier mais ce n’est pas le moment de lambiner, parce que, chez Jean-Pierre... les photos, nous verrons au retour. 


La table est déjà mise. Une anisette pour se remettre... Lui prend un porto...
Ils étaient au Perthus, hier... Ah ! je me souviens de ces marchands de vins liquoreux dans des boutiques avec deux ou trois rangs de tonneaux empilés, qui vous le vendent au litre... Ils ont trouvé du ris de veau aussi...

Des toasts avec une pommade de champignons au cumin accompagnés de chardonnay.
S’il a fait gris ces jours-ci, la pluie manque toujours. Et ces nuages sur le Somail, c’est le Cers (1) qui va laver le ciel, le soleil va revenir...

L'entrée à présent, encore une crème brune de psalliotes sur des noix de saint-jacques avec, en surface, ce que je prends pour une fleur incarnat, des oeufs de lump en fait...
Et cette saison des pluies qui ne veut pas venir à Mayotte... 

Jean-Pierre débouche un La Livinière, un Minervois...
Vous avez-vu ? Fillon... c’est vrai que le temps des apparatchiks de la politique, omnipotents et enrichis est dépassé...

Un Sainte-Eulalie, 2011... Avec un civet de cerf, bien noir, bien tendre (il devait pas avoir de grands bois), on dirait pas qu’il titre 14 degrés...
Oh, à Mayotte, aussi français qu’ici, ils savent comment confisquer la démocratie et profiter des rentes de situation qui s’offrent aux deux grosses écuries de l’alternance monopolistique, sans parler des outsiders... c’est que les places sont bonnes...

- Et ce fromage ?
- Un saint-Marcellin... on en prend quand on passe par là-bas... Tu ne prends que ça ?..
- Les amandiers ? Juste après la croix de Saint Géniès, celui tout de suite à droite fleurit toujours quinze jours avant les autres !..  


Fameux à réjouir un Anglais, ce porto brun et épais, de douze ans d’âge. Francine s’occupe des crèmes catalanes. Elle part avec un rétroviseur de mobylette on dirait... pardon, le fer pour caraméliser.
- Méfie-toi que même à vélo, ils peuvent te sucrer le permis !
- Sur nos chemins vicinaux ? Ils ont autre chose à faire avec la période que nous subissons; Vous avez vu ? ce terroriste qui, avec des machettes, a attaqué des militaires au Louvre ?

Plutôt que de partir papillonner les amandiers en fleur, le maître de maison part ramasser des ceps arrachés... idéales ces souches pour la cheminée et la braise aussi, si parfumée... Parce que chez Jean-Pierre...

 
(1) le Cers qui se renforce dans le couloir suivi par l’Aude, entre la Montagne Noire et les Corbières, pourrait être considéré comme le "petit frère" du Mistral, attiré, comme lui, par des basses pressions au large du Golfe du Lion. Bien que le nom « Cers », un des plus vieux noms de vents de France, nous vienne des Romains, nos chers présentateurs météo et peut-être les ingénieurs météorologues persistent à l’appeler "tramontane" !