Follow by Email

vendredi 13 janvier 2017

«... MOI JE VEUX PAS FAIRE DE POLITIQUE... (6) »

«... MOI JE VEUX PAS FAIRE DE POLITIQUE... » clame la vice-recteur assimilant la politique seulement au côté puant de la chose, s’emmêlant les pinceaux entre le « tout pourri » et le « tout ou rien » sauf qu’elle se serait trop avancée auprès de la délégation FN préparant la visite de Marine le Pen pensant à voix haute que la départementalisation rendrait plus aigu le problème de dépendance de Mayotte et qu’un statut de collectivité territoriale unique aurait été plus adapté à la taille et aux spécificités de l’île... http://joellemelin.com/video-de-conference-sos-mayotte-mayotte-aujourdhui-leurope-demain/
Et pourquoi pas un statut sur mesure de collectivité départementale, manière de revenir dix ans en arrière ! Elle fait pas de politique mais pour foutre la merde !
NON, NON et NON, la moindre des honnêtetés eût été de dire que le statut de département met la barre haute et que la France qui se déshonore depuis quarante ans en aggravant les difficultés de Mayotte, aurait dû saisir l’occasion de rattraper, d’impulser enfin, sans plus lésiner sur le 0,7 % de moyens nécessaires, le miracle mahorais. Malheureusement...
Et quel culot, entre nous, de penser que comme le Mahorais est aussi gentil que solidaire, ce n’est pas grave de lui imposer des charges supplémentaires à propos de la réforme !
« Avec 1600 élèves, nos établissements ils sont calmes... » 
C’est ça ! parquons 2000 enfants à y être ! mais qu’est-ce que c’est cette conception complètement dévoyée de l’égalité de traitement entre citoyens français ?!?!?!

Suite de l’entretien avec l’équipe de Kwezi FM :

« Constance Cynique : depuis 5 ans, on n’était pas en période électorale et il y a quand même un certain nombre de choses qui ont été faites et moi je veux pas faire de politique, c’est pas mon propos. ce que je veux seulement dire c’est que on vous a menti,  moi je ne suis pas pour la loi du tout pourri, du tout, du tout ou rien, pardon, et donc on peut toujours dire on n’est pas arrivés au bout, en effet, il manquait + de 350 salles de classe, il en manque à peu près le même nombre et pourquoi, pas parce qu’on n’a rien fait, il en manque à peu près le même nombre parce qu’on a accueilli plus de 4500 élève s de plus. Et donc, vous voyez il y a quand même beaucoup de choses qui se sont faites. Voilà !

Patrick Millan : le problème c’est que dans quatre ans il faudra encore des constructions...

CC : à l’impossible nul n’est tenu...  ça c’est un autre problème, ce n’est pas moi que vous interrogerez sur ce sujet.      

Samuel Boscher : pour l’école en construction, on a eu très très peur, le chantier s’était arrêté. En même temps, c’est pas effrayant, une école aussi grosse, 24 salles de classe, ça va accueillir 700 gamins, c’est un gros collège en métropole...

PM : 700 au début, ça veut dire probablement 1500 ou 2000 à la fin

CC : Non, sur les écoles, ça ne bouge pas. Euh, mais en revanche, oui mais ça fait partie de ce que Mayotte sait faire c’est à dire une école à 500 en métropole c’est assez rare mais ça existe aussi en métropole. En revanche, une école comme ça à Mayotte, c’est pas un souci. Quand vous voyez nos établissements scolaires avec 1600 élèves, nos établissements ils sont calmes, par rapport à des établissements de métropole. Tous les gens qui viennent ici et qui débutent, j’en discutais avec un enseignant qui vient d’arriver à Mayotte... /...  les élèves sont des élèves qui sont captifs parce qu’ils savent l’intérêt de l’école. et donc voilà, là aussi comparons ce qui est comparable. On peut faire ce genre de chose à Mayotte... ça existe déjà, vous avez à Combani une école avec 30 divisions. Donc ça existe déjà ; là aussi ne faisons pas peur aux gens; mettons-nous en capacité de pouvoir sécuriser ces écoles pour faire en sorte qu’il n’y ait pas de problème dans ces écoles, c’est plutôt comme ça qu’il faut le voir...

PM : on va revenir sur votre légion d’honneur. Lors de la cérémonie vous avez dit que vous dédiez cette légion d’honneur aux gamins, pourquoi  ?

CC : je pense que c’est grâce à eux. ils me donnent, franchement, vous Voyez toutes ces polémiques, vraiment moi je ne me construis pas dans le conflit. Toutes ces polémiques sont des choses qui me prennent beaucoup d’énergie, énergie que je voudrais mettre sur autre chose. Quand je vois ces enfants avec des sourires magnifiques, ces mamans qui arrivent avec des colliers de fleurs, qui ont les larmes aux yeux, ça me met aussi dans cet état et donc, franchement, une chose est sûre, j’en aurai un souvenir vraiment émotionnellement très très fort... »

DÉSOLÉ, CONSTANCE, DE NE PLUS POUVOIR CROIRE EN TES CAPACITÉS ÉMOTIVES ! JOLIES CES LARMES, MAIS DE CROCODILE... ELLES NE FERONT PAS PLEURER DANS LES BANGAS... TU NOUS AS TROP BALADÉS POUR QU'ON LES RESPECTE...