Follow by Email

dimanche 29 janvier 2017

SINGULIERS PLURIELS.../ Montpellier, Sète, Languedoc...


Est-ce en 1968 ? un ou deux ans après ? Il ne sait plus et puis qu’importe. Il sait seulement que c’est un jour d’été, annoncé par des les virages serrés et criards des martinets, dans un ciel pur, de lumière inondé.  


L’esplanade. Au fond de la perspective, le temple grec gardien des eaux. Les feuilles vernies des marronniers et leurs grandes fleurs qui l’égarent vers une improbable dame aux camélias. Son père l’a déposé à l’entrée de la Promenade. Il est à Montpellier pour une commission qui examine et  rattrapera peut-être des résultats qui pourraient passer. Journée repêchage non seulement pour des bilans ric-rac au bac mais aussi pour des relations père-fils plutôt grippées, d’où le prétexte pour la balade. 

Il a même prévu un itinéraire retour par Sète et le bord de mer. Seraient-ils natifs, ils ne se lassent pas des visages changeants de la Grande Bleue. Le passage par la corniche complète à merveille l’aller avec Molière et Lapointe à Pézenas, les huîtres et les moules de Mèze et Bouzigues sur le Thau. Après le port, les chalutiers à quai, le belcanto des ravaudeurs et ces terrasses de cafés qui chantent le mezzogiorno, le Mont-Saint-Clair expose son cimetière marin vers le soleil et le large, par-delà les criques. Midi l’implacable brûle des feux de l’impatience. Entre le souffle trop léger, trop chaud des terres et les signes d’une brise marine devant tourner sous peu, c’est à peine s’il flotte un air poétique, c’est pourtant là que repose Paul Valéry, l’homme singulier de l’île singulière, revenu au pays, en dernière extrémité.

« Ce toit tranquille, où marchent des colombes,
Entre les pins palpite, entre les tombes ;
Midi le juste y compose de feux
La mer, la mer, toujours recommencée !
Ô récompense après une pensée
Qu’un long regard sur le calme des dieux !.. »

Vers Agde, en suivant le lido, le souvenir évanescent du poète s’est vite fondu dans les volutes d’air brûlant. On n’est pas sérieux quand on a dix-huit ans et que l’été appelle...

Il a fallu Brassens, sa complainte pour être enterré sur la plage de Sète et surtout, barrant l’espace, la silhouette du Mont Saint-Clair, en pendant des Albères, à l’opposé. Valéry d’un côté, Machado à Collioure, ouvrant ensemble le Golfe du Lion, en éventail, au-delà des "focs qui picorent"... Tant d’années il a fallu, pour que, auprès de ces grands hommes, bourgeonnent des idéaux de conscience, de libertés, si éloignés, foulés aux pieds, même, aujourd'hui, par les dirigeants carriéristes et bestiaux qui, toute honte bue, nous gouvernent... 



crédit photos commons wikimedia : 
1 Château d'eau du Peyrou, Montpellier auteur Christian Ferrer.
2 Promenade du Peyrou auteur Pierre Selim.
3 Sète Le Port auteur Christian Ferrer.
4 Sète cimetière marin auteur Fagairolles34.  
5 Sète cimetière marin tombe de Paul Valéry aut Fagairolles34.  
6 Antonio Machado  
7 Collioure auteur Henning Dippel