Follow by Email

mardi 6 septembre 2016

RETOUR SUR INFOS / LES APPARATCHIKS DU TOURISME A MAYOTTE


Des irresponsables oublieux de l’état d’urgence et incitant des personnes à se mettre en danger osent mettre en avant un salon du tourisme et des loisirs servant avant tout leurs intérêts. Ils se gargarisent, soit dit entre nous, du succès de l’opération alors que le tourisme n’alimente sur l’île qu’une nomenklatura de planqués politiques, leurs familles et leurs affidés !

Pour ceux qui n‘ont pas oublié ce que l‘agression de ce croisiériste senior allemand (février 2013 / col du fémur fracturé) avait de choquant, j’avais déjà souligné combien il était indécent de faire la promo de Mayotte en Allemagne.
http://www.quotidiendutourisme.com/site/destination-un-touriste-allemand-agresse-a-mayotte-70947.html

Pour ceux qui souhaitent la paix entre les hommes et la sérénité indispensable à la découverte d’une île et de ses habitants, j’avais déjà souligné le mépris de ces organes opportunistes qui ne veulent pas voir la saleté chronique de Mayotte !

Que ne se salissent-ils pas les mains à ramasser les déchets avant d’inviter les touristes à venir ?  « La charrue avant le zébu », ils connaissent ?

Que ne tempèrent-ils pas leurs incitations coupables, à l’exemple du préfet ? 
« Le préfet Frédéric Veau déclinait ainsi brièvement les premières avancées du Plan Sécurité, et se posait en conseiller touristique : "Pratiquez les randonnées en groupe, ne portez pas d’objets de valeur, d’originaux de titres officiels et en cas de mauvaise rencontre, ne résistez-pas."» (1)

Ou en écoutant un haut fonctionnaire de l’Éducation :
« Stéphane Planchand, Directeur de cabinet du Vice-rectorat : "Vous serez aussi confrontés aux barrages ou aux blocages de route". Stéphane Planchand concluait ce tableau peu engageant, mais réaliste, par des recommandations anti agression : "Ne laissez pas votre porte ouverte et ne téléphonez pas dans la rue."» (1)

En proie aux extrémismes, notre pays doit se défendre aussi contre ces prêcheurs de bonnes paroles pourtant responsables sinon appointés par la République, à commencer par le premier ministre prétextant qu’il faut s’habituer et ceux qui veulent taire absolument la gravité de la situation. Comment peut-on d’un côté prolonger l’état d’urgence et de l’autre faire comme si, soi-disant pour ne pas alimenter la psychose ?

(1) http://mayotte.orange.fr/actu/mayotte/seminaire-d-accueil-des-nouveaux.html