Follow by Email

jeudi 8 juin 2017

TAILLONS LA NÈFLE, TAILLONS LA VIGNE... / Pézenas

"Taillons-la vigne... la voilà la jolie vigne... "
 


Ma cousine germaine a chanté "Je suis fier d'être bourguignon..." à la fête de l'école et à Fleury ! Et cela n'a choqué personne, cela n'a aucunement exacerbé la plus petite once de chauvinisme ! Les paysans de la vigne, les viticulteurs démontrent le même amour du cep, sous toutes les latitudes et sans jalousie aucune... Alors, dans notre Languedoc naguère premier vignoble du monde, chanter le raisin, c'était avoir cette culture en commun avec les vignerons de France et même d'Europe ! 
Pardon d'en faire état à titre personnel mais la verdure unique des souches reste aussi opulente et fraîche quelle que soit la région d'origine ! Que n'ai-je pris en photo la vigne en fleur ! 

Elle s'est pourtant rappelée à moi, ce matin, parce que j'avais besoin d'un rasséguet, cette petite scie à main qui sert à tailler le bois mort, en fin d'hiver, avant que le bois ne pleure pour cause de renouveau... et j'en avais besoin pour tailler... un néflier du Japon trop enclin à partir chez le voisin ! 
Pas moyen de retrouver ce rasséguet pourtant aperçu quelques temps auparavant ! Mais dans la remise, pendaient contre le mur des ciseaux à tailler... de vieux ciseaux à tailler. 

Le boulot fait, mon père m'a fait remarquer qu'ils étaient marqués "Pézenas". Et après vérification, le nom du forgeron aussi était gravé dans le fer "Antoine" avec la barre du "T" surlignant la totalité du mot. 
  

  

Bien sûr, ce n'est plus l'époque de la taille mais ces ciseaux au repos dans la fraîcheur de la remise ne pouvaient d'autant plus me laisser insensible qu'"Antoine" reste un copain pour la vie et que quand on a la chance d'y avoir vécu enfant, "Pézenas" ne peut que vous laisser un souvenir merveilleux !