Follow by Email

dimanche 16 novembre 2014

Fleury dans l'Aude / ET BÉ, ON EN APPREND DES BONNES ! ET SABARTHÈS DANS TOUT ÇA ?

 Azille, canton de Peyriac-Minervois, église paroissiale dédiée à saint Julien et sainte Basilisse. Bourg mentionné dès 878 « In villa Asiliano Superiore territorii Narbonensis ». Si Sabarthès mentionne aussi un ancien Etang d’Azille, desséché au midi du village, il ne dit rien de la chapelle dédiée à saint Etienne-de-Vaissière, non loin de l’Argent-Double, affluent rive gauche de l’Aude. Sabarthès, né à Azille le 27 mai 1854, ne laisse transparaitre aucune faveur pour son village natal.   

 Considère d’abord la chance que nous avons, le miracle devrais-je dire, qui met à notre disposition tant de sources. Te rendes coumpté, par le truchement du téléphone ! Tu as vu le fil, moins espès qu’un fial d’aran... ça parait pas possible. Tu serais à Tuffarel, qu’on en parlait justement hier : surfer en regardant la mer... En théorie, même sur une île déserte, avec des panneaux solaires et une liaison satellite, c’est possible ! Dire qu’il y a toujours des jamais contents comme cet historien de l’Aude, j’ai oublié son nom et c’est pas plus mal, un aigri qui dénigre tous les écrits basés sur l’Internet parce que, pour ce monsieur, si tu ne te déplaces pas aux archives, tes recherches ne sont pas légitimées... Un rat de bibliothèque, tu l’as dit... Et si on lui reprochait, à ce jaloux, dans sa logique à part, de chercher dans les livres et non dans les parchemins, les palimpsestes, les grimoires de peau tannée ? Ah ça y est, ça me revient, c’est celui qui a reproché à Jean Girou, pour son Itinéraire en Terre d’Aude, d’avoir emprunté dans tout ce qui avait été écrit avant. Qu’un averrit (1)! Qu’est-ce qu’il serait si avant lui le reste de l’humanité n’avait pas existé ? Quelle sale mentalité quand même !
Il y a aussi ces grincheux qui ne veulent de « caro de cabro » pour rien au monde, comme si c’était honteux ou indigne ou salissant de garder le contact avec la famille, les amis, le pays...
Revenons à nos moutons, avec Sabarthès qui marque « ferme » alors que nous disons plutôt « campagne » et que les Chroniques Pérignanaises (2), notamment dans leurs recherches sur la population emploient les termes « métairie » et « bergerie » encore des lieux de vie en 1856 mais dont il ne reste désormais que des ruines.
Avant de rentrer dans le détail, une remarque de fond, cependant, relevant du respect que l’on doit à l’humanisme aussi profond que généreux de ces chercheurs tenaces à l’image de notre abbé Sabarthès, un curé mais un ritou d’ouverture, loin de l’étroitesse d’esprit et du prêchi-prêcha d’autres enquiquineurs... Et puis, tu sais bien que rien n’est simple, ni blanc ni noir, nous le disions encore hier. Et si on peut évoquer la violence des idées qui s’affrontent... Tè l’autre jour, à la télé, « Retour à Audierne », je crois, l’auteur du documentaire marqué par une aïeule qui le rejette en tant « qu’enfant du diable » parce qu’il n’est pas baptisé, une version à peine plus aimable que la menace d’être enterré comme un chien ! C’est pourtant allé dans l’autre sens quand il a eu quatre ans au point qu’il garde le souvenir d’une grand-mère aimante et complice qui lui faisait des crêpes dans la cheminée. Excuse-moi si je prends l’exemple d’une Bretagne obscurantiste et si je reste convaincu qu’une piété exagérée amène à l’intolérance et à l’intégrisme... Non non, ce ne sont pas des lapalissades parce que Sabarthès, figure-toi, curé puis chanoine honoraire, donc reconnu par sa hiérarchie, a dû démontrer autant de rigueur dans sa vocation et sa foi que dans ses recherches historiques... alors que ces deux aspects de sa vie, pour ce que j’en sais, n’interfèrent pas dans son analyse d’archives. Cela vaut d’être remarqué plutôt que ces caricature de Rouges partageux, bouffeurs de curés et de Blancs pour Dieu et le Roy contre la Gueuse. Avec Sabarthès, nous avons un curé membre du comité des travaux historiques et scientifiques et officier de l’Instruction Publique... Ça en impose, non ? Et ce n’est pas tout si on considère que ces dictionnaires topographiques, même si seulement une trentaine de départements en sont venus à bout, étaient publiés PAR ORDRE du ministère... Je te laisse comparer avec ce que peuvent produire nos consanguins du ministère de l’Education Nationale, je quiche mais cette administration centrale monolithique depuis l’élection de Mitterand, cette bande d’apparatchiks antédiluviens forment un état dans l’Etat... et ils sont intouchables. Et je peux te dire avant de m’inquiéter davantage que c’est pas bon pour la santé, moi qui me les suis coltinés avant d’être libéré par la retraite, je te rappelle, non sans délectation, le mot de la journaliste Natacha Polony qui malheureusement résume trop bien la faillite dont ils sont responsables, quand elle les traite de « SINISTRES CRÉTINS » ! C’est pas possible de supporter ces réformes sournoises, la malhonnêteté foncière d’une démarche qui fait penser à un packagging de la mafia des banques macarel ! Et puis quoi, qu’est-ce que c’est cette histoire d’ABCD du genre ? Qu’est-ce qu’on va perturber nos gosses avec cette histoire d’identité qui ne correspondrait pas forcément au sexe biologique ? Comme si ce n’était pas assez compliqué de devoir grandir ! Fan caguar ! En plus ils foutent la pagaille avant de prendre la poudre d’escampette, ces rats qui abandonnent le navire pour une autre rente politique, comme député européen par exemple, n’est-ce pas Peillon lango de peilho ? Et la Najat, as paï vist, elle en dit dix fois moins qu’avant sur l’école depuis qu’elle est ministre, maintenant qu’elle profite des ors de la République ! Te desgoutount ! Pauvre France ! Tè, sers-moi un pernod va, que je me remette !
Déjà midi ! Vite, il faut que j’y aille que sinon la femme va me servir la soupe de mourre !

(1) d’après Mistral le verbe « averri » signifie pris en aversion, en dégoût... Je pensais à « habuerit », « il aurait » en latin... mais c’est comme pour « amorri », étourdi, imbécile, nigaud d’après Mistral alors que je ne peux m’empêcher de penser à Amaury, le religieux papiste intégriste qui aurait dit lors du sac de Béziers «Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! » (22 juillet 1209)... doublides pas lou gran masèl de Besiers (le massacre) !
(2) http://chroniquesdeperignan.free.fr/Perignan%20en%20memoire/Page_1.html