Follow by Email

samedi 9 janvier 2016

QUAND L’ÉTAT JACOBIN ATTISE LES SÉPARATISMES ! / Fleury d'Aude en Languedoc

 
Nous, Anonymous del Sud é Miéjour, Languedociens et Catalans, Français obligés bien que non fédérés, Européens forcés bien que de cœur, ne sommes nullement choqués par le discours en corse du président de l’Ile de Beauté ! Au contraire, nous nous félicitons de cette expression régionale culturelle, la seule qui, a contrario, démontre l’étouffement de toutes les autres par le pouvoir parisien !
    Semblount de couillouns, ces jacobins intégristes bornés, car si la langue de la république est le français, celles de nos exigences démocratiques à respecter sont l’occitan et le catalan dans leurs déclinaisons micro-géographiques !
    Et puis, nos tenants des "captations" centralisées (1) semblent oublier que l’alinéa à l’article 2 de la constitution de 1946 n’a été ajouté qu’en 1992, soi-disant pour protéger notre langue contre l’anglais, le Garde des Sceaux de l’époque (Toubon) précisant bien aux parlementaires que la précision ne nuirait aucunement aux langues régionales...
    Paroles, paroles, paroles... et pour nous tout mauvais jusqu’à ce jour !
    Nous, Languedociens et Catalans dans toutes nos variantes, nous étions réunis pour aller voir, espépisser, exprès, après la bataille, si nos langues historiques comptaient dans les programmes, les professions ne manquant pas de foie, des candidats aux régionales.
     La grille initiale de notation allant du 20 de l’excellence au 0 de la grande insuffisance ne permettant pas de départager des ex aequos plus que nuls, un premier amendement autorisa l’utilisation des notes négatives pour traduire les cagades plus ou moins cagagnouses ou constipatives, l’extra et l’introspection étant possibles.  
Les têtes de listes apparaissent dans l’ordre adopté par le ministère de l’Intérieur (NDLR : ce sont bien des affaires intestines).

« JE M’ENGAGE POUR MA RÉGION » si nous restons perplexes et sans voix face à cette originalité certainement inspirée par Jean-Marie, Bigard (pas l'autre...) et son "C'est pour manger ?" mais qui a le fieffé avantage de ne pas prêter ouvertement hommage aux suzerains en bisbrouille d’une bannière LR s’effilochant chaque jour davantage, relevons cependant une circonstance atténuante à l’éruption de Dominique Reynié, natif de Rodez, dans le who’swho court-circuité des notables provinciaux de droite. S’engageant plutôt jusque là pour des jetons de présence sur le plateau d’Yves Calvi (encore un Corse ?), Reynié a eu la sagesse de ne pas ajouter aux noms de baptême du patatoïde voulu par "Moi Président". Déjà qu’il ne sera pas facile de trouver autre chose que l’alphabet pour la tumeur « Languedoc-Midi-Pyrénées-Roussillon », considérons que le Ruthène a eu l’élégance de ne pas métastaser le mal en revendiquant pour les ventres noirs des Ségalas ou du Causse Comtal... Un cran de gagné donc pour celui dont le nom rappelle le roi René.............................note MOINS 1.   

« NOTRE SUD, UNE RÉGION FORTE, CRÉATIVE ET SOLIDAIRE » liste conduite par Carole DELGA. Le slogan est presque aussi cucu que précédemment... pour des raisons très comparables d’ailleurs... Le parrainage PS plus que discret dénote-t-il, pour le moins, l’embarras des intronisés récents, entre des frondeurs qui crachent dans la soupe pourtant avalée, ceux qui cinglent à gauche toute, ceux qui cravachent gaiement tout à droite ou encore ce ventre mou d’opportunistes, fumistes, ô combien responsables de la dégringolade du pays mais surtout accrochés à leurs privilèges de robins ?
Pour les langues régionales, notons néanmoins « le soutien à l’enseignement de l’occitan et du catalan ». C’est sobre mais c’est dit .. ....................................................................note 7.

« FORCE FRANCE SUD LA RÉGION LA FRANCE LA VIE » Ça martèle, ça fait robot mais c’est la vie chez Martinez Jean-Claude,  un phénix renaissant toujours de ses cendres ! En politique depuis 35 ans, comme Bartolone, mais d’une commensalité plus digne et honorable, moins "ors de la république", certainement pas offerte par acclamation. Rat des champs se limitant aux miettes tombées de la table, Martinez partage cependant ce travers des pros de la représentativité constitutionnelle, consistant à faire oublier qu’ils sont dans le paysage depuis trop longtemps. Ainsi notre fidèle lieutenant de Le Pen, forcément passé par la case "félon", se garde-t-il bien de revendiquer son passé au FN. Notre ami Jean-Claude dit bien qu’il est du Sud, sa salutation initiale en atteste :  « amics d’aqui, estimats amics ». Ensuite nous entendons bien que les 13800 platanes abattus, les abeilles en perdition, les 146000 AVC démontrent qu’il faut défendre et aimer la vie... mais quand il embraye avec le « tsunami de 800 000 Alzheimer » (chiffre MENSONGER à l’échelle de notre patatoïde régional !) et qu'il culmine avec une « Audace des cultures et du sport
» « Gardarèm nostre oustal » (de berger sur le Larzac, non ?) , son blabla racoleur peut lui valoir...................................................................note 3.

« LA RÉGION EST NOTRE BIEN COMMUN » la liste écologique et citoyenne de Christian Cavard fait bien état de la lutte contre les discriminations mais celles pour tant tout aussi visibles qui mettent à mal nos langues régionales ne concernent visiblement pas ses lapalissades! .................................................note MOINS 3.

« INDIGNEZ-VOUS AVEC NOUVELLE DONNE » Gilles Fabre est plus expert pour la langue à clics consistant à suivre sur l'ordi une arborescence ne menant à rien sur le Net : impossible de trouver la profession de foi. En plus de leur engagement à l’échelle supra-régionale, cet enquiquinement congénital leur a valu un cran supplémentaire d'indignation de notre part ! ............note MOINS 4. 

(1) Bien qu’elles aient l’apparence de la légalité... aussi légales que ces votes à quelques uns, en catimini, la nuit, au palais Bourbon... 


photo 1. régions au 1er janvier 2016. 
2. Résultats en Languedoc-Midi-Pyrénées-Roussillon / Commons Wikipedia. En bleu "la droite", en gris "le FN", en rose "les socialos".