Follow by Email

vendredi 20 mars 2015

PARASITES OU NUISIBLES... / Mayotte et pas que, en danger !



Il était une fois une France sous les cocotiers (enfin ceux qui restent, parce qu’aujourd’hui le lait de coco, ce sont les boîtes qui viennent de Thaïlande) mais une France à part entière, dans l’esprit disons et pour ce qu’elle a de redevable envers la grande nation, puisque, pour les droits, les statistiques ethniques sont à peine plus taboues que celles sur les citoyens de quatrième classe (1) d’un département à géométrie variable pour ne pas dire "Croupion" (rapport au Parlement anglais de Charles Ier et non avec le sous-produit de poulet ou de dinde bien suffisant pour garnir les brochettes locales!).
Il serait malhonnête de ne pas mentionner les avancées (avec le temps, les sociétés humaines progressent tant mal que bien...) dont la mise à niveau du salaire minimum en 2015. Par contre, au chapitre de l’égalité, nous pouvons écrire que les politiques locaux n’ont rien à envier à leurs collègues métropolitains. On pourrait même dire que la nature sociale de l’île peut les avantager dans un sens, même si l’effet loupe, la proximité entre une petite population et ses élus, les expose davantage et plus rapidement à la critique et à la vindicte publique. Ici, les tares, déviances et abus ne sont pas aussi longtemps tus qu’en métropole...
Au niveau national, en effet, la politique est devenue une fin en soi, l’élu devenant récipiendaire à son profit, pour ses proches et le plus grand bien de ses affidés, d’un flux d’avantages souvent sonnants et trébuchants ! La politique ENRICHIT (si, si monsieur Bayrou (2)...) ! Nombreux sont les candidats, ça se bouscule au portillon, plus que le poisson aux passes du lagon ! Et l’appartenance au PSUMP, l’amalgame des faux adversaires copains comme cochons pour profiter de la manne au fil des alternances, offre une garantie supplémentaire pour la cagnotte calculée au prorata des votants. Autant rejoindre une grosse écurie car les miettes sont proportionnelles ! Autant s’inscrire dans la liste d’attente, même pour les incompétents, ça paye un jour). Un bémol cependant à Mayotte : l’attribution d’emplois redondants ou plus ou moins fictifs (nous avons vu dernièrement à la télé un gardien de cimetière... pour ne pas dire de terrain vague...), relève des circonstances atténuantes, le détournement des budgets alloués tendant à gommer un peu les inégalités de traitement qui pèsent sur les citoyens mahorais (1).


Sinon, le bon peuple sait et dit (mais ce sont des médisants !) que l’accession à un siège électif (même éjectable) permettrait localement :
* de ne plus payer le carburant...
* de voyager gratuitement, notamment par le biais des subventions allouées (retour d’ascenseur)...
* de remplir le panier de la ménagère gratuitement... Quid des autres poules du coq même si cela doit impacter les hausses de la vie chère ?..
* de multiplier les conquêtes (de la part des mecs du moins... ce qui est plus commode, même si cela n’empêche rien, que d’aller escalader les tsingy à Madagascar (3)).
Finalement, cela ne fait pas plus tache qu’en métropole les Balkany, Woerth, Cambadélis, Désir, Guerini, Guéant, Dray, Cahuzac (que ceux qui se sentent oubliés me fassent signe : je m’engage à les rajouter illico à la liste !). Quoique, pour les parties de jambes en l’air, sûr qu’ils ont moins de problèmes que DSK (Tron, désormais invité des merdias, semble en rémission). Ici, les faiblesses du mâle étant mieux comprises qu’en Europe, c’est à peine si la presse a relevé, à l’époque, les frasques en Malgachie de l’énergumène de Koungou... 


En conclusion, votez braves gens : un bulletin pèse plus que les pièces jaunes (4). Quant aux spécimens vertueux de la politique, ces exceptions (en danger toujours plus grand d’extinction) confirmant la règle, qu’ils fassent donc entendre leur voix si le « tous pourris » les étrangle ... comme ils semblent vouloir l’ouvrir contre l’ex-ministre passé à droite, traître à la cause socialiste (5) et amateur de garçons, Frédéric Mitterrand, qui assimile à des nullités des élus locaux qui l’avaient pourtant « si bien reçu » (6).

(1) un citoyen mahorais coûte 4700€ à l’État, un métropolitain 17.300 € ! Ainsi chaque année ce sont 1.512.000.000, lisez bien UN MILLIARD-CINQ-CENT-DOUZE EUROS qui nous passent sous le nez ! Ce qui permettrait un sacré rattrapage en trois ans seulement, sans attendre le mora-mora institutionnel, le préfet ayant chiffré à 4 milliards la lettre au père Noël des Mahorais pour... mais à l’horizon 2025 !
(2) qui osa prétendre le contraire... Demandez donc comment Patrick et Isabelle s’y sont pris pour leur résidence à Saint-Martin, le Riad à Marrakech, la ferme en Normandie et le personnel communal à disposition... demandez donc à Claude comment il s’y est pris pour une modeste demeure à 2,5 millions d’euros...
(3) pour le jeu de mots, tout le monde n’étant pas kibushiphone, il suffit de demander...
(4) Comprenez que, face aux magouilles et à l’arnaque du bulletin blanc, l'ABSTENTION représente vraiment le seul "suffrage exprimé" disant « DEHORS » à toute cette clique. Vivement que les règles changent ! OUI à une 6ème constitution !
(5) pardon pour ce lieu commun parce ce que le neveu est bien dans la continuité de Tonton, alias Machiavel et traître à la cause dès 1983, ce qui ne l’empêcha nullement de rempiler pour un second mandat.
(6) NON, ne soyez pas blessés par une telle ingratitude (Bové aussi fut « si bien reçu » à l’époque) ! Continuez, persévérez ! Que serait la flagornerie (arme des petits) et que rapporterait-elle sans les monceaux de fleurs et les déhanchés exotiques... Faute de touristes, faites donc bon accueil au mzungu à l’avion, du moins s’il est député ou sénateur, ne parlons pas des plus hautes sphères, certains restent sensibles aux paroles mielleuses !

images autorisées : merci wikipedia !