Follow by Email

vendredi 21 février 2014

Mayotte en Danger / Réforme des rythmes scolaires /
 MAZIKINI (1), PAUVRES MAIRES SOCIALOS !

Il suffit d’une carotte de 237 000 euros pour vous piéger ! Pour vous donner une idée, pour un village en métropole de 3500 habitants, le centre périscolaire dans les normes (draconiennes) a coûté la bagatelle d’environ 3 millions d’euros. Or, en mai 2013, le bulletin communal annonçait :

- le gel des dotations de l’État aux collectivités locales : une DGF ne compensant plus l’augmentation des charges courantes liées à l’inflation.

- Deux baisses prévues en 2014 et en 2015, amputant un peu plus les budgets des collectivités !

- Et il ne faut pas perdre de vue les dépenses de fonctionnement revues à la hausse (électricité, gasoil) ainsi que le GVT (Glissement-Vieillesse-Technicité) sans que la commune n’embauche !

Et vous deux, seuls sur les 17 communes, dans une île aussi privilégiée que Mayotte, comment allez-vous faire, mazikini, avec 1,660 millions d’euros pour tout financer sur l’année, le fonctionnement, la paie des agents ? Que reste-t-il pour les investissements ? Plutôt que de suivre comme des baribari (mouton) vos amis au pouvoir pour qui vous comptez autant que Mayotte, ne vous laissez pas leurrer par ce miroir aux bulbuls (2), focalisez sur les priorités, gérez en bon père de famille même si, en cela, vous n'êtes pas pires en que tous nos politicards parasites dont votre hiérarchie, passée socio-démocrate et sous peu socio-libérale... Et vous, les umpistes, ne surfez pas sur la vague, restez discrets, vous qui promettiez l’égalité des droits pour les Mahorais en... 2027 ! Dans les faits et l’histoire, avec l’UMPS, ce seront toujours les petits maires qui porteront le chapeau et l’éleccicon de base (ça on peut le dire (3)) qui paiera, c’est comme avec la FDJ : toujours perdant-perdant !

(1) littéralement « pauvres » et peut-être aussi « pauvres de vous » ?
(2) il n’y a pas d’alouettes à Mayotte...
(3) contraction pour électeur-citoyen-contribuable